« Un « animal sans pareil » sous la Révolution : la Sapho ambiguë de Constance de Salm »