«Très loin dans le réel». Sulla recitazione di Isabelle Huppert