L’écriture génocidaire entre Jim le téméraire et Falsch. Un infléchissement du paradoxe à la prétérition