(Re)lire Guillaume Dustan, quinze ans après