L’antitsiganisme repose sur un paradoxe apparent : il combat un fantôme, les « Tsiganes », qu’il a lui-même construit. L’antitsiganisme est l’un des nombreux ghostbusters qui embrument tant de consciences collectives européennes ou euro-descendantes. À l’instar de toute chasse aux fantômes et aux hallucinations, il a besoin de boucs émissaires matériels, tangibles, faits de chair et d’os : selon le lieu et le temps, les boucs émissaires de l’antitsiganisme ont été ou sont des personnes qui se disent rom, sinti, manuš, calon, travellers, romaničel, etc. Partant de la rencontre avec ceux-ci, l’antitsiganisme a créé un nuage qui n’a cessé de s’élargir. L’antitsiganisme combat ce nuage et il perd. Lorsqu’il arrive qu’il se cogne, en combattant le nuage, contre la chair de ses boucs émissaires, les Roms, les Sinti, etc. le paient alors très cher, parfois il succombent, parfois ils fuient, parfois ils s’adaptent, parfois ils gagnent et ils deviennent plus forts qu’avant. La vie terrestre de nombreux Roms, Sinti, etc. est vouée à cette autodéfense, et leur intelligence doit se consacrer quotidiennement au confinement de l’antitsiganisme qui les persécute ; ils doivent y investir des énergies individuelles et collectives qui pourraient être dépensées bien autrement. En effet, lorsque l’antitsiganisme leur offre des pauses, la créativité d’un bon nombre d’entre eux explose, la tranquillité d’un bon nombre d’autres en fait enfin des citoyens normaux. Dans cet article tente d’apporter un peu de clarté conceptuelle. Dès lors que l’antitsiganisme est un phénomène complexe à l’histoire diversifiée, mais également un phénomène que l’on étudie et que l’on cherche à comprendre depuis très peu d’années seulement, le fait de tenter d’éclaircir en premier lieu les termes qu’il nous arrive d’utiliser peut être de quelque utilité pour le combattre.

Un racisme méconnu: l’antitsiganisme

PIASERE, Leonardo
2013

Abstract

L’antitsiganisme repose sur un paradoxe apparent : il combat un fantôme, les « Tsiganes », qu’il a lui-même construit. L’antitsiganisme est l’un des nombreux ghostbusters qui embrument tant de consciences collectives européennes ou euro-descendantes. À l’instar de toute chasse aux fantômes et aux hallucinations, il a besoin de boucs émissaires matériels, tangibles, faits de chair et d’os : selon le lieu et le temps, les boucs émissaires de l’antitsiganisme ont été ou sont des personnes qui se disent rom, sinti, manuš, calon, travellers, romaničel, etc. Partant de la rencontre avec ceux-ci, l’antitsiganisme a créé un nuage qui n’a cessé de s’élargir. L’antitsiganisme combat ce nuage et il perd. Lorsqu’il arrive qu’il se cogne, en combattant le nuage, contre la chair de ses boucs émissaires, les Roms, les Sinti, etc. le paient alors très cher, parfois il succombent, parfois ils fuient, parfois ils s’adaptent, parfois ils gagnent et ils deviennent plus forts qu’avant. La vie terrestre de nombreux Roms, Sinti, etc. est vouée à cette autodéfense, et leur intelligence doit se consacrer quotidiennement au confinement de l’antitsiganisme qui les persécute ; ils doivent y investir des énergies individuelles et collectives qui pourraient être dépensées bien autrement. En effet, lorsque l’antitsiganisme leur offre des pauses, la créativité d’un bon nombre d’entre eux explose, la tranquillité d’un bon nombre d’autres en fait enfin des citoyens normaux. Dans cet article tente d’apporter un peu de clarté conceptuelle. Dès lors que l’antitsiganisme est un phénomène complexe à l’histoire diversifiée, mais également un phénomène que l’on étudie et que l’on cherche à comprendre depuis très peu d’années seulement, le fait de tenter d’éclaircir en premier lieu les termes qu’il nous arrive d’utiliser peut être de quelque utilité pour le combattre.
Razzismo; Antiziganismo; Persecuzione; Rom d'Europa
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11562/649962
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact