A. C. MONTOYA, Marie-Anne Barbier et la tragédie post-classique