Constructions à verbe fonctionnel et constructions à verbe support: étude comparée de l'italien et de l'allemand

CANTARINI, Sibilla
2004-01-01

construction, verbe fonctionnel, verbe support
Le concept de verbe fonctionnel est dû à Peter von Polenz. En 1963 il publie son essai programmatique Funktionsverben im heutigen Deutsch. Sprache in der rationalisierten Welt, dans lequel il introduit le concept de construction à verbe fonctionnel (Funktionsverbgefüge). La recherche sur les Funktionsverbgefüge se caractérise, surtout dans ses premières phases, par des difficultés évidentes qui ont trait à la distinction des phénomènes, notamment sur le plan structurel. Un bref examen des études de Daniels (1963), Bahr (1977), von Polenz (1963), (1987) et Van Pottelberge (1996) fait apparaître que les constructions à verbe fonctionnel sont considérablement hétérogènes et que les critères proposés ne permettent pas de distinguer les structures du point de vue syntaxique, c'est-à-dire entre constructions non figées, constructions à sens causatif et locutions verbales. A la différence des études traditionnelles de linguistique allemande, les études menées en France sur les constructions à verbe support, à partir de la deuxième partie des années 1970, portent sur un ensemble de constructions aux caractéristiques syntaxiques homogènes. Dans cet article, nous fournissons, pour les langues italienne et allemande, une définition de construction à verbe support fondée en partie sur un certain nombred'études fondamentales de linguistes français sur la base desquelles nous avons délimité un ensemble de constructions ayant pour la plupart les mêmes caractéristiques dans les deux langues examinées. Les caractéristiques et les propriétés syntaxiques et sémantiques proposées concernent aussi bien des constructions à un argument que des constructions à deux arguments et permettent de distinguer clairement les constructions à verbe support des constructions figées avec lesquelles elles ont souvent été confondues ; les transformations considérées (transformation dans la phrase relative, effacement du verbe support, pronominalisation du génitif subjectif) s'appliquent de façon régulière aux constructions libres, dans lesquelles le nom occurre avec la fonction prédicative, tandis qu'elles ne s'appliquent pas aux locutions verbales. Les différences entre les constructions à verbe support et les locutions verbales sont mieux spécifiées sur la base d'un certain nombre de transformations (interrogation et pronominalisation du nom prédicatif, double analyse, passivation) susceptibles de ne caractériser que les constructions à verbe support. Cependant, comme ces transformations ne s'appliquent pas de façon régulière aux collocations décrites, elles n'entrent pas dans la définition des constructions à verbe support.
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
Cantarini_RR.pdf

non disponibili

Tipologia: Versione dell'editore
Licenza: Accesso ristretto
Dimensione 1.83 MB
Formato Adobe PDF
1.83 MB Adobe PDF   Visualizza/Apri   Richiedi una copia

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11562/305148
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus 2
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? 2
social impact