Vie privée, morale publique : le fascisme et le « problème » homosexuel

Massimo Prearo
2011

fascisme, homosexualité, Italie, masculinité, histoire
L’article étudie l’attitude du régime fasciste envers les homosexuels, les stratégies et les motivations sous-jacentes à l’action répressive contre eux, ainsi que le modèle de masculinité et le style de vie imposés par le fascisme. L’accent mis sur la morale sexuelle et sur la virilité, ainsi que les accusations de « pédérastie », permettent de comprendre l’usage politique de la question homosexuelle dans les rivalités politiques pour atteindre des positions de pouvoir et pour discréditer les adversaires ou éloigner des personnalités encombrantes. Mais ces formes de répression de l’homosexualité n’étaient pas toujours mises en pratique. Les individus qui avaient une double vie et qui se conformaient au standard de respectabilité prôné par ce régime pouvaient passer à travers ces mesures intrusives de la vie privée. De fait, l’homosexualité était tolérée tant que cela restait dans la sphère privée. L’analyse de cette relation ambivalente entre public et privé révèle l’impact de l’expérience totalitaire fasciste sur les coutumes et la vie quotidienne, ainsi que les difficultés rencontrées par le régime dans la réalisation de la révolution anthropologique des Italiens.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11562/1020269
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact