«JE SUIS UN BULBE DE JACINTHE». CORINNA BILLE OU LES MÉTAMORPHOSES DU VÉGÉTAL